HISTOIRE DE LA MARQUE




Histoire de la marque  




Lorsque CIJ devient aussi une histoire de famille: 

 Karl, possesseur d'une imposante collection de miniatures CIJ et rédacteur des articles ci-présents sur la marque, tient cette passion depuis longtemps.
Son grand père était salarié chez CIJ et a fabriqué nombre de nos miniatures préférées. Il a fait connaître à son petit fils la marque en lui transmettant quelques exemplaires. Ainsi la graine était plantée et l'attachement à la CIJ définitivement scellée.


================================================

Extrait de l'Argus de la Miniature de 1998:

La rencontre de 2 hommes:
Messieurs Migault et Gourdet sont à l’origine de la C.I.J., l’un pour le commerce et les finances, l’autre pour la technique.
Depuis 1878, Albert Migault exploitait à Paris une petite entreprise de montres jouets, de parures de poupées, et de colliers pour enfants. Puis Albert et Fernand (le fils) Migault décidant d’élargir leur catalogue, contactèrent un beau jour de l’année 1919, M. Marcel Gourdet pour lui demander la création de nouveaux jouets.
M. Marcel Gourdet est né à Briare, le 29 Janvier 1873. Son père, dont il devait continuer le métier, était chaudronnier ferblantier à Briare (45). Au bout de 8 mois de recherches et d’essais dans son atelier, Marcel Gourdet présente une carpe métallique articulée avec laquelle il obtint le 27 Août 1920 la Médaille d’Or au 18è Concours LEPINE. Cette carpe en tôle était propulsée par le mouvement alternatif de la queue, laquelle était actionnée par un moteur que l‘on remontait à l’aide d’une petite manivelle placée dans la bouche. Elle était lestée et pouvait nager sur plus de 50 mètres, exactement comme un poisson vivant. Seule sa nageoire dorsale dépassait la surface de l’eau.

Les Jouets Citroën
En 1922, après de nombreuses mises au point, Marcel Gourdet proposa à l’échelle réduite quelques spécimens des automobiles qui commençait à apparaître en série sur le marché français. André Citroën sollicité par Fernand Migault, fut émerveillé par ces échantillons qu’on lui soumettait. Il passa immédiatement commande de 25000 modèles ! Il s’agissait de la B2 10CV au 1/10è.
Devant les perspectives importantes de ce nouveau marché, MM. Mignault père et fils décidèrent de s’installer à Briare et les fondations d’une usine furent posées dès Juillet 1923.
La même année fut conclu un accord avec André Citroën pour la fabrication d’une 5CV au 1/10è.
En 1925, la production des modèles inventés et fabriqués sous la direction de Marcel Gourdet à la nouvelle usine, et livrés sous la marque « JOUETS CITROEN », atteignait 47489 ex. pour la B2 et 36413 ex. pour la 5CV.
En 1926 était créé un département scierie pour la fabrication des jouets en bois, d’accessoires pour les jouets automobiles, et d’éléments nécessaires à la fabrication des outillages pour jouets automobiles. L'usine possédait son propre four afin de sécher les planches de hêtre qui étaient acheminées du Berry. Et c'est le facteur de la ville qui, à mi-temps, pilotait le séchoir.Le 17 Mars 1927, l’atelier de Briare était complètement détruit par un incendie. Le bâtiment fut rapidement relevé et on en profita pour l’électrifier. De là, naissait le 14 Mai la Société Anonyme pour l’Exploitation des Etablissements Migault. Cette société ne devait vivre que quelques années et en 1930 le terme Etablissement Mignault disparaissait à tout jamais pour faire place à la « Compagnie Industrielle du Jouet » (CIJ).


L’après-guerre

Après le désordre général, le pillage et les destructions de 1940 au sein de l’usine, puis après les restrictions en matière première, la CIJ surmonte brillamment toutes ces difficultés, à tel point qu’en 1948 les série de voitures fabriquées atteignirent chacune 100 000 exemplaires.

Le ZAMAC
Les premières voitures coulées sous pression, en zamac (ou zamak) – alliage métallique léger, composé de zinc, de cuivre et d’aluminium avec des traces de magnésium – apparaissent en 1949. La fameuse 4CV sera tirée à 400 000 unités.
En 1952, nous retiendrons le lancement de la Renault Frégate et le succès du matériel agricole avec principalement les tracteurs Renault.

Le déclin
Lorsqu’au mois d’Avril 1957, André Gourdet quitta l’usine de jouets de Briare, il avait 84 ans et avait créé plus de 40 prototypes. C’est cette même année que la progression des ventes se stabilisa, puis commença à amorcer une courbe descendante. En 1959, intervint les premiers licenciements de personnel, tandis que l’on fermait l’atelier bois.

Les dernières années

En 1960, les créateurs prennent leur retraite et l'usine est reprise par M.Broual qui s'empresse de rajeunir la marque : c'est la naissance de CIJ/Europarc. Mais cela ne dure pas pour diverses raisons telles que la mauvaise distribution des miniatures (plutôt en bazar qu'en magasins de jouets), la perte de l'exclusivité de la marque Renault et la sophistication des jouets et surtout la désaffection des enfants pour les miniatures.
L'usine doit déménager dans des locaux plus petits mais toujours dans le centre ville. Ils sont situés juste en face des Emaux de Briare. Pourquoi ? Simplement parce que quelques responsables de CIJ étaient issus des Emaux et cette dernière prend en charge l'administration de la CIJ.
Dernier sursaut, le rachat par CIJ d'un stock de pièces de JRD (qui a déjà fermé !) en 1967. Naîtront des modèles hybrides tels que le CIJ Kronenbourg ou le mythique Transcontinental Express.
Pour l'anecdote, des cartons remplis de modèles et leurs boîtes ont été entreposés dans des pièces puis murés sous les bâtiments des Emaux ! Des années plus tard, certains ont tout fait "sauter" pour se servir !!!!!

=============================================================================================



- assemblée générale extraordinaire le 4 Juillet 1968 avec la présence des principaux actionnaires
- la CIJ a perdu les 3/4 de son capital social
- décision de la mise en liquidation de la société à l'unanimité
- le 1 Août 1968, le Tribunal de Commerce de Paris prononce la liquidation


L'usine telle qu'elle est photographiée sur le catalogue : vous ne la verrez plus car après cessation d'activité, les bâtiments ont été racheté par le groupe Rhone Poulenc pour y installer Prolabo (spécialisé dans la fabrication de produits chimiques). Aujourd'hui cette usine est fermée et les bâtiments ont été ......
rasés  . Il ne reste que les dalles de béton qui doivent être décontaminées.
 






les seconds locaux de l'usine:



Le glas a sonné ! L'activité cesse et des cartons entiers de jouets en boîte sont entreposés dans un nouveau lieu nommé Rivotte (à l'entrée de Briare). Ce lieu abrite maintenant des caves viticoles et le Théatre de l'Escabeau: